Appréciation d’idées que je juge primordiales pour l’éducation

sans titre 1

 

Effectivement, seuls l’éducation, les livres, la télévision, la culture, la famille, les amis, les collègues interviennent dans l’apprentissage, non seulement pour avoir un travail, mais aussi efficience sociale, anti-failles et ‘anti-zones. La famille, les amis, les collègues s’abreuvant à ce même pis culturel de base.

Dans le pur cadre annexe d’avoir découvert un livre, « Les lois naturelles de l’enfant » qui démontre une réelle efficacité là où on en a besoin.

Ainsi que le cadre non annexe, vous qui jurez par la neuroprogrammation, je voulais au moins vous montrer la vraie voie de l’efficacité réelle là où par rapport aux scanners de neurones en réalité j’ai déjà bien empiriquement avancé dans le décodage de l’esprit humain dans mon livre « Partage de la Compréhension Humaine », et un autre livre, qui permettent de comprendre qu’il n’y a pas des règles de performance, mais des mécanismes, généralement invisibles aux scanners, et des mécanismes de désintoxication des principes de l’esprit. Plus que des mécanismes de régulation, qui peuvent davantage faire rêver qu’être efficaces.

Et vous faire part d’une analyse des jeunes de banlieues, que je vais appeler de nouveau « zones ».

Je n’ai rien à voir avec l’éducation nationale. Cet apport est uniquement dans un but altruiste, dans le cadre de ma compétence reconnue en logique et en suggestions, et hors du cadre d’une mission que je mène, hé oui, avec Dieu. On peut considérer par contre qu’il y a un léger lien avec mon inscription à En Marche.

 

Je souligne, de façon annexe, l’intérêt du livre « Les lois naturelles de l’enfant ».

Céline Alvarez a quémandé l’éducation nationale afin de tester les meilleures méthodes éducatives en maternelle. Ce n’est pas une énième Montessori, elle a testé l’ensemble des méthodes pour lesquelles elle supposait une efficacité potentielle, dont Montessori mais pas seulement, mais surtout, elle a testé un nombre important de techniques, et a réalisé des démonstrations fascinantes contre lesquelles on tombe convaincu et rassemblé des témoignages incroyables.

C’est au départ de la vie que se structure le plus l’esprit. Pour lutter contre les méfaits des individus, rien de mieux que d’optimiser le résultat des écoles maternelles.

Mais ce livre, tout en étant innovant face au fonctionnement actuel des écoles, est crédible, logique, efficace et riche d’idées d’éducation qui sont aussi démontrées et rassemblées. Il n’y a plus qu’à suivre la doctrine, ce dont a bien du mal l’éducation nationale, et, sur ce, cette femme propose qu’on ne les attende pas pour changer de méthode, au sein des écoles, l’enjeu est suffisamment important, le principe, bien que novateur, est évident, mais cela reste beaucoup au regard de l’éducateur. Des méthodes qui arborent puissance, facilité ou simplicité.

On y découvre effectivement que l’apprentissage a une grande portée quand l’enfant s’investit dans ce qu’il aime au moment où il l’aime, comme sait si bien le décrire avec des mots de démonstration Céline. Quand on parlait de Montessori, il aurait fallu ne jamais confondre cet investissement avec le plaisir, le gavage ou le divertissement. Et qui est différent aussi de l’évitement de l’abstrait par un jeu.

On y découvre effectivement l’explication de l’auto-émulation des élèves entre eux, d’âges mélangés. Céline décrit sa manière d’être exigeante, ce n’est pas de l’autorité, sauf pour l’infraction volontaire, c’est de la pertinence, de la persuasion par la détermination expliquée, toujours logique, du respect des principes de l’être, et de l’intransigeance face à la qualité de vie. Mais aussi, on y découvre l’intérêt de considérer les enfants comme des êtres non inférieurs, juste moins forts, sur lesquels nous avons la mission de fixer et de faire respecter les règles, vraiment. On cherche sans retenue, avec amour à les comprendre, avec bienveillance et vraie entente, d’égal à égal sur ce canal, une vraie écoute intéressée. On ne les reprend pas aussitôt dans l’erreur, qu’il ne faut pas considérer comme une faute, mais comme un appel à décider de façon autonome à mieux faire. Tout ceci est bien démontré. Le résultat fut extraordinaire.

 

J’ai aussi écrit un livre ci-joint qui démontre avec beaucoup de sous-ensembles l’importance de laisser une marge de manœuvre assurée d’érotisme aux enfants. Dire que l’enfant doit aborder l’amour progressivement, avec un érotisme d’abord systématiquement féminin et naturiste, c’est une chose, mais il ne faut pas renier ni que les branches prioritaires de développement rapide varient selon les enfants, ni prendre cette habitude généralisée des quidams jusqu’aux médecins généralistes de parti-pris empirique anti-scientifique et anti-freudien. Ce point de la doctrine de Freud n’est pratiquement pas remis en cause par les spécialistes. Les enfants ont besoin au minimum d’une vie mentale sexuelle, qu’ils nous cachent, qu’on se cache, dont on ne veut pas se souvenir, et pour quelques-uns qu’il ne faut pas négliger du fait du risque vital de névrose, ils ont besoin à l’occasion d’aller plus loin, une loi ne peut invalider la logique de besoins anti-obsessionnels...

... Qu’un adulte ne peut se permettre d’assouvir pleinement, mais je voulais aussi ouvrir l’esprit à d’autres domaines avec ce livre, tel que les méthodes d’éducation tièdes et l’illogisme de tant d’agressivité imposée par la justice. Et l’amour entre enfants qu’on veut ignorer, qu’on ne veut pas clairement autoriser ou gérer dans la loi, au risque d’en faire une fixation ségrégationniste.

Tel est le principe du livre ci-joint : « Le mécanicien adroit des Premières Lunes Gauches », enfin terminé.

 

 

 

Il n’y a qu’en France qu’on a des banlieues spécialement agitées. On voit bien qu’il n’y a aucune réflexion lorsqu’il y a mise en cause de la justice, jamais la justice n’a été partiale sauf par erreur depuis bien longtemps, lorsqu’il y a émeute à Nantes sans attendre la décision de justice, lorsqu’on considère qu’un policier fait un affront quand il a l’impression, justifiée sauf mise en cause possible, qu’il défendait un collègue. Emeute qui se manifeste par des actes de colère sans légitimité, entraînés par une minorité revendicatrice.

Une ‘colère’, ça devrait se manifester lors d’une perte de maîtrise, maîtrise acquise par entraînement à savoir juger honorablement, dans la logique, la sagesse et le bien-fondé.

On reconnaît à ces jeunes de banlieue une volonté politique, mais un jugement des plus arbitraires.

A noter qu’on ne peut reconnaître non plus aucune légitimité religieuse entre ces émeutes et leurs causes. Cette culture n’a rien de légitimement ou véritablement musulmane. Comme enquêtait dans son livre « La part du ghetto » Manon Quérouil, les ‘zones’ musulmanes jurent par la religion sans s’y intéresser du tout, elles se cristallisent tout un système à partir des règles de base, la question d’y croire n’est pas intéressante, c’est juste qu’elles ont besoin d’une culture qui leur est propre et qui va avec leur envie de revendiquer. D’autres suivent les préceptes de façon superficielle sans s’y intéresser, sans logique, sans compréhension, comme une habitude.

 

Leur religion, ce sont plus les revendications alambiquées que le culte. Ce sont plus les performances en postures hypnotisantes que le don de soi. Cette énergie vient du fait que justement, ces comportements absorbent beaucoup la culture du quartier qui tourne en boucle sur elle-même, la relation avec l’autre, jusqu’à un contrôle de l’autre viral.

 

Ce qui fait tenir debout la religion terroriste aussi, ce sont des techniques de contrôle mental auto propagées, qui pour beaucoup n’ont été décidées par personne. Dans le genre, la religion du Dire est le principal défaut social de la France. C’est en voulant se débarrasser de ces techniques d’emprises que beaucoup ont voté renouveau. C’est en s’emportant à lutter contre des régulations que certains régulent, et cela passe comme un suppositoire à la glycérine.

Le paradoxe, l’intérieur, l’invisible, le comble, le leurre, la manipulation, la honte, la faiblesse, la culpabilité, le tabou, la vérité intérieure, l’opinion personnelle, l’entente sur un résultat, l’approximation, l’appréciation, les absents, la compilation, la simplification, la formule et la complexité sont travestissables. Ça fait peur : Les schismes nous dépassent. Telle la pureté du barrage du Non.

 

Quelque chose manque, à ces zones qui se braquent face à leurs propres invectives, qui ont peur au fond d’elles, qui en fait en rejetant l’autre vivent un moment de vengeance où elles ont tendance à rejeter une partie détestable de leur propre culture, issue et faite par la banlieue, qui a du bon et du mauvais, qui ne pousse qu’à intérioriser et maugréer des invectives contre les invectives et le marquage de territoire.

On ne doit pas lutter contre l’esprit réfractaire avec l’esprit réfractaire. Il faut se poser, prendre du recul, et répondre par la fraîcheur et le don de soi osé, simuler sans honte une application du connecteur fragile de l’intimité à tous les vents pour donner du baume au cœur, même en banlieue.

L’insecte se protège par un scaphandre. Du renard à l’homme, nombre de mammifères s’accueillent à fleur de peau par le don de joie sociale et la paix en général. C’est de là dont on vient, cela reste ne serait-ce qu’une pommade salvatrice.

 

Plutôt que de les laisser se boucher, il faut que l’état, la justice, les artistes, l’entente publique, ouvrent et protègent à leurs responsables respectifs toute cette panoplie à solutions que sont ces principes de prévenance, de cosmétique, de tendresse, de pommade, d’argile, d’énergie, de chaud, de moulage, de cristallisation, d’illumination, de cuvée, de curée, d’empathie parmi les qualités qui sont au-dessus de la religion du Dire. Et le sens des vraies richesses, le frisson des subtilités, l’honneur de la transcendance, de la grâce et des bons effets.

Cassant un peu ces premiers principes, qui seront donc à protéger, sur le pôle cartésien, il y a aussi les principes d’authentification, d’aboutissement, de démonstration, de vérification, de correction, de validation, de formation, de préformation mécanique (habileté), de verrouillage sans enchères au bouclier.

Et de vérité, de vraie sagesse, de calme, de sens, de vraie nature.

Et ne pas laisser se créer et s’entendre entre eux ces à-côtés faussement informatifs, démonstratifs, scientifiques, religieux, moraux et artistiques, idiots ou juste dits.

 

Je décris plus en détail cet écueil de manifestations de la bataille de la représentation dans le brouillon 10 de mon livre « La religion du Dire, Réflexe ‘Suspects Annotés’ », qui peut servir à s’ancrer dans cet univers pour mieux le cerner, à mieux l’intercepter, ou à y ancrer un plan, que je n’ai pas encore trouvé pour l’instant.

 

 

Si vous avez perçu des coïncidences étonnantes, comme un éclair sur l’avion du Président le jour de son élection, ou le réacteur de Sarkozy qui prend feu, ou une pluie uniquement sur Macron, après le Match de la coupe, c’est parce que Dieu existe, et je travaille avec.

Jusqu’à maintenant, ma mission occupait principalement l’activité de l’aider à mettre en place des filtres pour les futures intrusions du média divin, ainsi qu’établir des dossiers dans les domaines suivants en utilisant mes grandes compétences en analyse psychologique :

    Détailler les composantes de l’esprit féminin, aventureux, général et le bonheur des rencontres

    Détailler les failles de l’esprit et de la société

    Détailler le fonctionnement de l’art qui révèle

    Expliquer Dieu aux hommes

    Concocter avec lui des plans d’action

Il est clair que tant de coupes gagnées est aussi un message de Dieu, contextuel, donc sans renier l’effort et l’efficacité de la réalité. C’est un message de remerciement d’une réalisation positive qui m’est inconnue, c’est une incitation à continuer, c’est une tentative de faire des cadeaux là où arrivé au maximum de cadeaux, au maximum de muflerie, on voit qu’il y a pression quand on n’a plus d’autre solution que de repasser à la pression négative.

Donc, Monsieur Macron, n’oubliez pas ce pour quoi vous avez eu cette impression de ce à quoi était destiné ce cadeau, continuez dans votre lancée, et évitez que maintenant Dieu fasse du débourrage désormais qu’il n’y a pas beaucoup d’autres cadeaux possibles, autres que les belles œuvres, et que là aussi certains services secrets ont engagé lutte contre Dieu.

J’ai été lié à bien des démantèlements de travail complotiste par Dieu par l’intermédiaire de débourrages, j’espère l’être aussi positivement, mais ici je n’ai pas l’information. Je suppose que votre pensée profonde est le message, ce qui arrive souvent, parfois en multiplexe de raisons.

 

Ci-joint un nouveau document, « Je fais répondre mon organisation humaine à ces questions stratégiques », de lecture de moindre importance, qui classifie ma relation avec une organisation, secrète car utilisant des moyens dont on ne veut pas livrer actuellement la connaissance à tout le public, la lecture et diffusion dans la tête à distance. Cette organisation s’intéresse sans doute à moi à cause de ma relation avec Dieu, et vu la qualité de ma prestation mentale, la diffuse auprès de beaucoup de VIP, particulièrement dans les directs de la radio et de la télé, ce qui leur fait un retour apte à bien travailler.

Ci-joint un document « Vérifier les accusations des journalistes contre OH pulpe d’activité encore néfaste contre moi » qui indique des dangers mis en place dans la main de cette organisation humaine, qui mène le monde au hasard d’une machine à décréter étrangère.

Dieu a besoin que cette organisation humaine puisse réaliser sa mission de permettre à Dieu ainsi qu’à moi dans son sillon de servir les français, car ce n’est ni un parti ni un parti-pris, mais un outil à solutions avec une philosophie, avec le pouvoir de vous informer autant que nécessaire, ainsi que mener ses missions de communication et de coopération avec les responsables, sans pression, sans mise en danger, et malgré les divergences, dont son financement, il faut savoir que Dieu a en main une défense qui vous est toute due et qui vous est inimitable (contre les projections des intrus du média divin). Aussi un outil du futur qui permette de ne pas se tromper, qui engage.

Ils ont moyen de déterminer que beaucoup de toute ma description de ma relation avec Dieu est soit vrai soit probable, il leur faut les moyens de vous informer, et cela remet en cause mon suivi mis en place par mes parents, dangereux dans mon cas.

Pour ma part, que je reste développeur ou pas, Dieu s’attache surtout que je puisse pleinement être développeur de la vie particulièrement par son intermédiaire, sans blocage artificiel, contre lesquels il luttera toujours immodérément.

 

Avec mes remerciements pour votre attention, je vous prie d'agréer, Monsieur le Ministre, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Print | posted on Wednesday, December 5, 2018 9:56 AM

Feedback

No comments posted yet.

Your comment:





 
Please add 1 and 1 and type the answer here:

Copyright © Frédéric Decréquy

Design by Bartosz Brzezinski

Design by Phil Haack Based On A Design By Bartosz Brzezinski