Facilitations légales simplifiées et puissance économique non corrosive

La peur cristallise bien des maux de notre société actuelle. La peur de l'étrange, la gestion de l'étrange de la peur, la peur de ne pas pouvoir gérer la peur, gérer la peur des autres… Peur d'embaucher ? Peur de ne pouvoir débaucher ? Peur d’investir ? Peur de ne pouvoir contrôler ses employés ?
Notre pays est celui le plus haut placé en termes de partage de richesses, le pays le plus à gauche du monde, une conclusion simple, il faut forcément aller dans la direction de droite. Une droite pas forcenée, qu'on soit de droite ou de gauche, juste de quoi générer une puissance économique qui puisse être considérée comme non entravée.
Il est amusant de penser que cela peut aussi provenir de craintes infondées, mais Macron touchait juste quand il était ministre en voulant donner de la souplesse diversifiée aux petites et moyennes entreprises. Souplesse d’embaucher, de débaucher, placer les tensions là on l'entreprise en a besoin… Il y a tant de sortes d'entreprises et tant de particularités et de besoins particuliers qui vont avec…
Je pense qu'il ne faut pas reconnaître sans réfléchir le moindre principe libertaire liberticide pour les salariés, mais il faut faire la part belle, pour les petites et moyennes entreprises, à la facilité d'embaucher et de débaucher. Quitte à perdre deux libertés, je choisirais partager le temps de chômage et ne plus être le pays le plus redistributeur du monde. Là sont les problèmes liberticides de droit du travail qui perturbent la souplesse de l’entreprise. Pour le reste, on reste souvent gagnant gagnant.

Les pays en voie de développement, tel la Grèce, signalent le coût primordial des normes et des procédures administratives. On peut en imaginer un coût chez nous aussi, et une nécessité de ne pas aller trop loin par hasard. Actuellement, les phares blancs sont obligatoires parce qu'on y voit bien. Avant, les phares blancs étaient interdits au profit des phares jaunes parce qu'avec le jaune, on n'est pas ébloui, on y voit bien. Les procédures administratives pour créer, pour embaucher, pour performer, pour judiciariser, pour s'assurer…

Le sens même du bon Macron, c'est aussi la délégation au cœur même de l'entreprise de l'écriture des dérogations de ladite entreprise en ce qui concerne le droit du travail. Afin de simplifier en amont, mais il faut sécuriser en aval, désormais.
Une sécurisation contre les abus est bien sûr l'accord des salariés ou de leurs représentants.
Mais c'est bien connu qu'il est facile de s'arranger… Avec les salariés… Ou avec leurs représentants…
1. Je verrais bien ici aussi un compte quantitatif dérogations, un genre de collier nominal, avec barème.
2. Et pourquoi pas rémunération des salariés en cas nombre de dérogations dépassant un quota.
3. Et pourquoi pas un collier nominal plus petit pour les très grandes entreprises.
4. Et pourquoi pas une validation au niveau de la chambre du métier des types de dérogations.
C'est intéressant d'avoir depuis la loi Macron une base légale à l'activité de négociation tacite qui est légion au niveau des petites entreprises. Sinon, si on ne s'entend pas, il n'y a que les prud'hommes pour croire en une persistance réelle de l'emploi renégocié.
Pour autant, un cas particulier, ça peut être lié à un simple poste.

La dérégulation de la sécurité de l'emploi nécessite des contreparties, et adaptées : Possibilités de prêt améliorée, d'assurance chômage, d'assurance toit, de formation (grand point Macron), de baisse de coûts en cas de chômage…
Mais les autres sécurités du droit du travail ne sont pas très critiques pour la performance et la souplesse des entreprises.

Print | posted on Thursday, July 5, 2018 8:58 PM

Feedback

No comments posted yet.

Your comment:





 
Please add 2 and 5 and type the answer here:

Copyright © Frédéric Decréquy

Design by Bartosz Brzezinski

Design by Phil Haack Based On A Design By Bartosz Brzezinski