Un vrai programme pour l’Europe de Macron, contre la renégociation improbable par la sortie, et variations personnelles

Introduction
Emmanuel Macron met en exergue un objectif d'Europe. C'est vrai que jusqu'alors, ce qui a coûté à la France, c'est ce qui était à un niveau géographique supérieur (et les graves erreurs des deux précédents mandats, et le côté brouillon, superficiel et séducteur à s'y tromper de Sarkozy, et l’absence de gêne des délocalisations, dont l’absence de rendre certaines subventions, cela dit sous la houlette de l’Europe).
L’Europe, le Monde, le terrorisme sont quand même une part non négligeable des problèmes en France, le truc, c'est que ce sont aussi des solutions. Enfin je parlais des deux premiers. Mais, le truc, c'est aussi que ce sont des mastodontes ingérables à partir de la France si on n'y met pas un peu du nôtre.

La superbe d’un bon projet
Puisqu'on ne peut pas facilement renégocier, voir les cas possibles dans ce sens cités par Cheminade lors du débat entre candidats, puisqu'il est idiot de sortir pour rerentrer, Macron propose dans son programme, de travailler par adjonctions en ce qui concerne l'Europe. Et par application entre les pays les accords avec une adjonction. . Il faut qu'on arrive à faire quelque chose avec l'Europe. Emmanuel Macron compte proposer une enquête auprès des citoyens européens comme il l'a fait avec ses adhérents. Pourrait-il émoustiller l'Europe avec la superbe d'un bon projet, afin d’avoir jusqu’au pouvoir d’aller à l’encontre sans renégocier ? C'est un peu ce qu'il a réussi quand même en France.

Les frontières humaines
Personnellement, je vois un arrangement possible pour Schengen, Ça me paraît une évidence que de dire que ça ne fonctionne pas et ça ne tient pas la route, mais par contre, j'ai dans l'idée qu'il serait bon de rétablir les frontières, mais juste dans le principe. Que personne ne puisse s'appuyer sur Schengen pour dire que la libre circulation existe ou pour sécuriser quelques bouts de frontière. Un peu offrir un soutien par le droit aux frontières volantes. À noter par contre qu'un étranger à l'Europe interdit de circulation reste un étranger à l'Europe interdit de circulation partout. Tenons-nous prêts, ce n'est que de la bienveillance de la part de la Turquie que de retenir les étrangers d'Asie et d'Afrique avant leur pont. Parfois, pour une raison qu'on ne connaît pas, la bienveillance se transforme en menace.

Les cercles concentriques
Mais pour moi, ce n'est pas suffisant. Deux idées genre constitution. Comme on dit dans interstellar, non effectivement, ce n'est pas possible. C'est indispensable.
Pour moi, les cercles concentriques, c'est la nature même de beaucoup de choses, c'est de la nature. Cela ne fait que limiter un peu les échanges. Il est normal d'aider d'abord son frère ou nos amis, puis des ensembles moins rapprochés. Le facteur distance est un facteur résistance. Comme en fluides. Par contre, pas comme en électricité.
Lorsqu'on considère qu’une idée ne va pas dans le sens politique actuel, il y a les idées stratégiques des partis opposés, mais je dirais aussi qu'une idée qui se vaut, est une idée qui ne se délogera pas, et que la démonstration mérite d'être connue. Et qu'une idée qui ne se déloge pas pour des raisons solides est toujours un argument contraire qui ne marchera pas.
Il ne faut pas tenir à l'extrême sur des idées qui ont leur part d'argumentation valide, auxquelles il manque juste une solution fiable. Il faut faire savoir que la mécanique sage, reconnue honorable, qui est celle de Macron, c'est le pragmatisme, c'est-à-dire la solution logique, traitée par cartésianisme. Macron, au contraire des autres, recherche l'absence de discorde gratuite par principe. Contrairement à l'idée reçue, je pense que la précision sobre et sans exagérer touche plus que le spectaculaire beaucoup de Français.
Dans ce sens, pour moi, l'idée d'augmenter un peu la TVA était un bon facteur d'imposition des produits étrangers. En baissant les vrais impôts. Genre baisser l'impôt sur les bénéfices. Proportionnellement, pour revenir à l'équivalent. Le problème, c'est que la TVA est un impôt pour tous, mais le principe de proportionnalité dans les impôts, c'est-à-dire un simple pourcentage de la valeur, c'est déjà une justice, il faut faire attention de ne pas cumuler sans compter les justices.
De mon côté, je dis que ce n'est pas éternel, savoir composer avec ce qu'on a sous la main est important pour repartir dans les coups durs. Une pression, ça permet de ne pas affronter gratuitement d'accord, les pays qui sont obligés de s'orienter vers l'import, (à noter que tout n'est pas positif), mais aussi de faire une petite gêne aux pays qui comme l'Allemagne, jouent avec leur place qui n'a qu'une place.
C'est aussi une gêne pour tous ces pays du lointain dont on ne maîtrise pas les subventions sur certains produits et les fabrications qui n'ont pas autant de normes de respect, envers l'homme y compris, que nous. C'est une légère pression envers la différence globale, Afin d'avoir un écoulement fluide, par entrepôts interposés. Sinon, il peut y avoir un écoulement important d'un coup vers un paradis.
Le prix de l'autre bouiboui du bout du monde peut être concurrentiel à son petit lopin de terre, il y en aura toujours un, qui fera faillite rapidement, ou qui paiera de petits enfants. Ou le droit, ou les normes sanitaires, pourront le mettre en défaut. Par exemple avec Amazon.
La liberté d'échange avec un pays est une chose, mais il ne faut pas oublier qu'un pays est surtout un ensemble d'entreprises. Très diverses et diversifiées. Et si de l'autre côté de notre petite PME, on les a toutes, jusqu'au moindre boui-boui de l'autre côté de la planète, ça fait beaucoup.
Il faut toujours une légère pression supplémentaire à chaque fois qu'on s'éloigne d'un niveau géographique.
Et il est important de pouvoir repartir de son petit lopin de terre du premier cercle concentrique en cas de faillite personnelle suite à des loyers plus grands que les revenus, pour ne pas mourir de faim, et de pouvoir faire quelques échanges de fruits, de légumes et de dépannage automobile ou informatique avec le voisin, pareil au niveau national.

Le collier nominal de subsidiarités
Autre point à considérer pour l'Europe, c'est que les états se disputent les bouts de jambon à coups dans la charte. De même que le compte pénibilité, il faudrait un compte subsidiarités quantitatif par pays. Des choix de particularités autorisés dans des limites comptables possiblement de temps en temps ou pas revus et validés suivant un barème. Des particularités genre quotas agriculture ou moins de sécurité routière.
Des particularismes appartenant à des groupes plus généraux, qui permet de se baser sur des thèmes dérogatoires dont les conséquences sont indiscutables, et dont les thèmes contradictoires ne peuvent être pris ensemble :
Pays peu développé, à qui on donne un peu de subventions mais aussi qui mérite moins de normes, qui ne peut alors pas être de premier cercle concentrique ; Pays qui se veut assez indépendant, comme la Grande-Bretagne, qui n’aurait pas à suivre beaucoup de règles de synchronisation, d’orientation, mais qui pourrait avoir alors envie de se réintégrer, mais qui n’a pas alors l’enseigne des mots d’ordre ; Pays de premier cercle concentrique, qui a des règles de bon maintien plus strictes, des normes plus poussées, mais dont les voix valent plus ; Option Pays qui se dit suffisamment grand pour avoir le droit de ne pas écouter les petites règles diverses de l’Europe non spécifiquement Européennes, qui se paye en subventions plus importantes ; Option Pays excentrique, qui aura droit à un plus grand compte subsidiarités, mais qui se paye en subventions plus importantes.

L’Europe fédérale
Emmanuel Macron dit que notre force en Europe, c'est ce que nous pouvons lui apporter. Et il propose notre francophonie, nos idées, notre patrimoine intellectuel. Il pense aux nombreuses entreprises qui font surtout leurs ventes l'Europe et le monde. Sa faiblesse provient du manque de régulation. Mais il faut des idées qui emporte l'adhésion globale. Le principe d'enrichissement de l'Europe par le fonctionnel français, pour cause d'envergure internationale, de Macron, reste une bonne chose, à mon goût.
À propos de cette francophonie dans l'Europe, Peut-être Macron envisage-t-il de proposer que le français soit la nouvelle langue européenne, afin d'éliminer ce pseudo anglais qui rend rachitiques tous les traités. Et qui n'est plus une langue de l'Europe. Il en faudrait une autre, c'est vrai. Et une que maîtrisent les parlementaires européens à peu près tous. Ça leur permettrait de vraiment ressentir jusqu'au bout des doigts les vrais besoins et les vrais fonctionnements des différents pays. Notre langue est reconnue pour sa richesse, ses possibilités de précision, sa richesse en notions psychologiques, c'était déjà il y a longtemps la langue diplomatique officielle, et la langue monarchique anglaise fondamentale.
Macron insiste sur la solidification du pilier Allemagne France en tant que premier cercle concentrique Multi pays de l'Europe avec pouvoir de décision. La France est dans le monde et dans l'Europe. Le sujet est : On subit et on se referme derrière des frontières nationales ou on devient moteur et on porte une idée de fédéralisme. Le nombre faisant la force, ou l’astuce, ou la bonne santé, ou le centrisme, ou le nombre faisant la force, mais par groupes ?

Complémentaire
La Grande-Bretagne sortie de l'Europe, c'est aussi une chance pour lui de pouvoir proposer quelque chose qui nous réconcilierait avec elle ! Soit par ces fameuses petites touches d'adjonctions transversales avec lesquels les pays participants doivent être d'accord, mais en même temps, quand quelque chose se fragilise, c'est un argument pour un réarrangement auquel on ne pourra pas dire si facilement non. Si il est documenté. S'il est démontré. Une démonstration comprise, ça tient lieu d'évidence qui peut se soutenir face à un traité signé par des partenaires multiples. C'est toute une fragilité sur laquelle on peut compter, toutes ces questions, toutes ces mises en doute que se posent certains pays à propos de l'Europe. Pour faire mieux, pour faire mieux la prochaine fois. Qu'est-ce que c'est que ces interdictions de faire mieux la prochaine fois incluses dans les traités ? ? Ne sont-elles pas anticonstitutionnelles ? La logique théorique n'est-elle pas plus forte qu'une constitution ? Les lois de l'univers savent nous le dire. Une raison de plus de ne pas se précipiter sur la sortie française, quand on peut profiter de celle des autres.
N’oublions pas son idée pour l'Europe de refermer les paradis ‘taxaux’ (taux d'imposition, devoirs de lieu d'imposition…). Une Europe qui protège ses citoyens de la mondialisation. Une Europe anti-dumping.

Conclusion
A noter que Bayrou signale que l’Allemagne réussit et aime l’Europe parce qu’elle a pour principe de suivre les bonnes recommandations, et pas les mauvaises. Donc, c’est possible. On se plaint de l’Europe et finalement, ce ne furent que des moutons au gouvernement.

Version 1 du 28 avril 2017

Print | posted on Thursday, July 5, 2018 8:45 PM

Feedback

No comments posted yet.

Your comment:





 
Please add 8 and 1 and type the answer here:

Copyright © Frédéric Decréquy

Design by Bartosz Brzezinski

Design by Phil Haack Based On A Design By Bartosz Brzezinski